La vie des pirates

Le Sloop

La vie des pirates historiquement 1

Le Sloop est un navire de petite taille possédant généralement de un à trois mâts. C’est une embarcation qui n’est pas adaptée pour les expéditions en haute mer. Néanmoins, il est facilement maniable et rapide. Il peut accueillir un équipage allant jusqu’à 75 hommes et supporter 14 canons.

Le William est le dernier navire sur lequel a navigué Anne Bonny. Volé par Jack Rackham dans le port de Nassau en août 1719, c’était un sloop avec un seul mât, possédant un équipage de 14 pirates et 4 canons.

Dans Anne et Jack, le Muerta est le navire sur lequel embarque la jeune fille. Son nom m’est venu naturellement, après avoir visionné une énième fois… Les Goonies !

Le Galion

La vie des pirates historiquement 2

Le galion est un navire de commerce colonial originaire d’Espagne. Il fut principalement utilisé par les colonies espagnoles et portugaises d’Amérique, pour les échanges avec les colonies européennes. Il est ensuite devenu l’un des principaux navires de guerre des flottes britanniques et d’autres nations. C’est un bâtiment qui naviguait en escorte, transportant de l’or et de l’argent. Il mesurait jusqu’à 60 mètres de long et pouvait être armé de 70 canons.

Je souhaitais voir apparaître un galion dans le roman, car il représente la menace ultime pour les pirates à cause de son nombre de canons, mais il représente aussi leur plus grand fantasme : ses cales étaient toujours remplies d’or !

Quelques mots de vocabulaire

Bastingage

Garde-corps du bateau, parapet généralement en bois qui se trouve autour du pont supérieur. Il permet à l’équipage pirate de se protéger des boulets de canon ou des vagues lors d’une tempête.

Dans le récit, la première fois qu’Anne se sent acculée, aussi brave soit-elle, c’est contre le bastingage du Muerta, face à Monsieur White. C’est également contre ce rempart qu’elle rêve, qu’elle espère, et qu’elle tient la main de Jack pour la première fois.

Hunier

Grande voile située en haut du mât de hune. À partir du 19e siècle, elle fut divisée en deux voiles plus petites. Lorsqu’elle est hissée, elle favorise la rapidité du navire par vents arrière.

Hunier, grande voile du bateau

Le nid-de-pie ou vigie

C’est un emplacement situé au sommet du plus haut des mâts. Un endroit privilégié pour surveiller la mer et appréhender le danger.

La vigie du bateau

Un petit creux à bord ?

À bord, les pirates n’avaient pas l’occasion de manger régulièrement des produits frais. Les voyages étaient souvent longs et la nourriture pourrissait rapidement avec la chaleur. Ils emportaient parfois des poules pour avoir des œufs ou des chèvres pour avoir de la viande. Ils pouvaient aussi pêcher du poisson, mais bien souvent ils devaient avaler une soupe fade à base de pois cassés. Le biscuit de mer était une galette extrêmement dure faite d’eau, de levain et de farine. Cette galette était conservée à l’ombre de la cale et était vite infestée d’asticots ! Le cuistot du navire était appelé le Coq.

À terre, sur certaines îles des Antilles, les pirates étaient surnommés des Boucaniers parce qu’ils boucanaient (faire sécher la viande grâce à la fumée) la viande des cochons sauvages qu’ils chassaient. Le boucan était l’endroit où crépitait le feu.

Les règles à bord

Le « Code des pirates » ou « Chasse-Partie » le plus célèbres, est celui de Bartholomew Roberts, pirate britannique, inventé en 1720. Dans Anne & Jack, il n’avait pas encore été instruit de cette façon, mais à bord, chaque capitaine avait son propre règlement.

Certaines règles m’ont inspiré pour l’écriture du roman :

  • L’interdiction de jouer de l’argent à bord.
  • Posséder des armes à feu en état de marche et des lames propres et aiguisées.
  • Jeunes garçons et femmes interdits à bord pour éviter les querelles et des jeux de séduction malvenus. Anne fait figure d’exception, ce qui rend son aventure dangereuse et unique.

Lorsqu’un pirate était chassé du navire pour avoir contrevenu à l’une des règles imposées, ou pour son comportement rebelle, on l’appelait « Marron ». Le marronnage consistait à abandonner un pirate sur une île déserte en le laissant dériver avec un canot. Il disposait d’un pistolet avec de la poudre ou quelques balles, mais n’avait ni eau ni nourriture. On voit cela dans la saga Pirates des Caraïbes.

dolor. sed porta. venenatis, dolor consequat. tristique Curabitur Nullam leo.